France : l’échouage des mammifères marins est de plus en plus courant

Si vous suivez de près l’actualité, vous avez certainement remarqué que l’on entend de plus en plus parler de mammifères marins qui se sont échoués sur les côtes françaises. Alors qu’il y a quelques années, cela était anecdotique, ce phénomène devient de plus en plus courant. Malgré ça, les scientifiques ont du mal à trouver des explications à ce phénomène.

Qui sont ces animaux qui s’échouent sur les côtes françaises ?

Les spécialistes n’ont dénombré pas moins de treize espèces qui étaient concernées par ce phénomène que l’on nomme “échouage”. Parmi les plus touchées par ce fléau, on retrouve le dauphin et le marsouin qui représentent 78% des espèces échouées sur les plages de l’Atlantique et de la Manche. Pour la Méditerranée, c’est le dauphin bleu et blanc qui arrive en première position. Malgré cela, il devient de plus en plus courant d’observer l’échouage d’espèces telles que le phoque gris ou bien encore le veau marin. Pour vous faire une idée, sachez que, en 2016, 271 phoques ont été retrouvés sur les plages françaises.

Ce phénomène a de quoi nous alarmer puisquils sont plus de 1600 a avoir été retrouvés, l’année dernière, échoués sur nos côtes. Ce chiffre représente environ 4 individus par jours et s’avère être particulièrement inquiétant puisqu’il est en hausse constante.

« Il est malheureusement quasi certain que nous allons battre ce record en 2017, car nous avons enregistré un événement considérable en février-mars : huit cent dauphins communs se sont échoués sur les côtes entre Arcachon et Les Sables-d’Olonne » Vincent Ridoux, directeur de l’Observatoire Pélagis

 

Un phénomène que l’on peine à expliquer

L’échouage est quelque chose de dramatique et de plus en plus courant, et pourtant, nous avons du mal à l’expliquer. Pourquoi ? Tout simplement car le corps des animaux permet d’identifier les causes de la mort, et non celles de l’échouage.

Néanmoins, certains chercheurs avancent tout de même quelques pistes de réflexions afin de justifier ce phénomène. Pour eux, les techniques de pêche et les prises dites « accidentelles » pourraient être en cause. Il semblerait également que la pollution marine pourrait avoir un rôle à jouer dans l’échouage des animaux, même si la science n’a pas encore déterminé précisément lequel.

« 70 % de la mortalité des dauphins communs dans le golfe de Gascogne est liée à la capture accidentelle due à la pêche » Jerôme Splitz, ingénieur de recherche à l’observatoire de Plégis.

 

sanscroquettesfixes

Leave A Comment